A quelques 1000 m d’altitude, L’Argentière-la-Bessée est situé aux confluents de la Gyronde, vallée de Vallouise, et du Torrent du Fournel avec la Durance. Aujourd’hui surtout connu et fréquenté des grimpeurs et autres montagnards, l’Argentière-la-Bessée a longtemps dû sa notoriété à ses fameuses mines d’argent qui ont fait la richesse de son territoire dès l’époque romaine.

Son patrimoine historique minier et industriel, ses sites naturels exceptionnels (comme sa prestigieuse réserve de chardons bleus... unique en Europe !), son stade d’eau vive, ses sites d’escalades, sa via ferrata, sa cascades de glace et ses grands espaces attirent désormais les sportifs de tous niveaux et les plus grandes compétitions internationales !

 

Un site qui en parlera mieux que moi.

http://www.vallouimages.com/argentiere-la-bessee.htm

 

Mais l’Argentière c’est avant tout « Le Moulin Papillon » ou nous sommes venus y habiter en 1954.

Le Moulin Papillon en 1960

Aujourd’hui gîte d’étape tenu par Bénédicte, une passionnée de montagne.

 

 

 

 

 

 

Le dispensaire, où je suis née un beau jour de mai 1949.

Ce beffroi industriel fut construit au début du siècle sur une falaise qui dominant la gare et l’entrée des usines rythmé ainsi les journées de travail.

Un arc de 64 m de portée et 98 m de hauteur permettant d’alimenter l’usine hydroélectrique construit entre 1907 et 1910 sur la conduite forcée de la Gyronde.

1965 - Cité des Grecs, derrière le Moulin.

La plaine et le Quartz.

Toujours la plaine et le Quartz, hiver 2005 (photo prise par Robert Violin)

Le magasin Carmela.

Août 2009
Août 2009

Erigée en juillet 2009 à l’occasion de la commémoration du centenaire du bureau des guides des Ecrins, la statue imposante de 6m de haut évoquant Edward Whymper, à l’assaut du sommet du Pelvoux.

Août 2011
Août 2011

Le Coul

« Le plus grand piolet du monde » trône devant la mairie, homologué par le Guinness Book des Records.