Du coté de CHERBOURG

 

 

Septembre 2008

 

 

 

 

Les Parapluies de Cherbourg

Date de sortie cinéma le 19 février 1964

Réalisé par Jacques Demy
Avec Catherine Deneuve, Nino Castelnuovo, Anne Vernon

Madame Emery et sa fille Geneviève tiennent une boutique de parapluies. La jeune femme est amoureuse de Guy, un garagiste. Mais celui-ci part pour la guerre d'Algérie. Enceinte et poussée par sa mère, Geneviève épouse Roland, un riche bijoutier.

 

 

 

Carentan est située au milieu de vastes marais assainis et transformés en riches prairies, au confluent de la Taute et de la Douve.

La Capitale des Marais, est aux portes du Cotentin, haut lieu des plages du débarquement.

Les arcades

Exemple unique en Normandie de quatre maisons médiévales juxtaposées par 10 piliers. Elles seraient le reste d'un ancien marché couvert qui au XIVe siècle aurait également existé sur la partie sud.

 

Sainte-Mère-Eglise est le point de départ idéal pour découvrir les plages du débarquement et plus particulièrement celle d’Utah Beach

John Steele : le célèbre parachutiste.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, lors du parachutage des troupes sur la zone de Sainte-Mère-l’Église (14000 parachutistes), John fut atteint à la jambe par un éclat d'obus. Il ne pouvait plus contrôler son parachute et atterrit finalement sur le clocher de l'église aux alentours de 4h00 du matin. John se balançait et tentait de se libérer de son parachute tandis que sur la place, tout autour de l'église, la bataille faisait rage. Il essaya de se décrocher à l'aide de son couteau mais malheureusement il fit tomber son arme. Il prit alors la décision de faire le mort afin d'éviter de servir de cible à l'ennemi. Après plus de deux heures, un soldat allemand du nom de Rudolf May vint le décrocher. John fut soigné et fait prisonnier. Il s'évada trois jours après, rejoignit les lignes alliées et fut transféré vers un hôpital en Angleterre.

 Comme le révèle l'étymologie de son nom, les origines de Bricquebec (du scandinave bekkr, cours d'eau, précédé de brekka, la pente) se rattachent à l'épopée des invahisseurs vikings, très solidement implantés en Cotentin au début du X° siècle.

Le château de Bricquebec, dont la première construction date du XI ème siècle, appartenait à Robert Bertrand dit "Le Tort ", qui prit part à la bataille d'Hastings, en qualité de lieutenant de Guillaume le Conquérant.

Chez Yan, à la Chevalerie

 

 

Dans une nature et un environnement magnifiques Flamanville, singularité ouvrière et industrielle dans un espace normand rural quasi immuable, cap mythique entre ciel et mer, terre de tous les contrastes entre passé préservé et avenir volontariste porte aujourd’hui la construction du premier réacteur, tête de série pour le renouvellement du parc de production nucléaire d’électricité en France.

 

La centrale nucléaire

Implantée sur le site d’une ancienne carrière de granit, puis d’une mine de fer en exploitation jusqu’en 1962 la centrale nucléaire de Flamanville bénéficie d’une surface de 120 hectares, dont la moitié a été gagnée sur la mer.

 

Avec deux unités de production d’une puissance de 1300 mégawatts chacune, EDF Flamanville produit 18 milliards de kilowattheures par an soit 4 % de l’électricité en France.

La centrale compte 650 salariés EDF, auxquels peuvent s’ajouter jusqu’à 1500 prestataires extérieurs lors des arrêts programmés pour maintenance.

 

Flamanville 3

C’est en Mai 2006, après un débat public, qu’EDF a décidé de construire le premier réacteur nucléaire de type EPR European Pressurized water Reactor dans le département de la Manche.

Ce nouveau réacteur a été conçu de façon évolutionnaire afin de bénéficier de l’expérience acquise depuis plus de trente ans par les concepteurs et les exploitants français et allemands.

Cette tête de série produira à pleine puissance 1650 mégawatts, permettant d’alimenter en électricité une région de 1,5 millions de personnes et réduira de 30 % les déchets à vie longue. Sa durée de vie est estimée à 60 ans.

Au cours de nos balades entre ajoncs et verdure, on fait une pause au Cap de Flamanville. A 85m au-dessus du niveau de la mer, on découvre les bâtiments d’un ancien sémaphore. Aujourd’hui restauré, il abrite un restaurant et un gîte d’étape très prisés des randonneurs.

Dans le décor fantastique du cap de la Hague, à 128 m au-dessus de la mer, s'élance le « Nez de Jobourg ». La vue s'étend jusqu'au cap de Flamanville et au loin, vers l'horizon, se détache l'île d'Aurigny. Le soleil brille, et le spectacle est une rencontre pure et simple avec la puissance des éléments et la beauté de la nature.

Ces falaises font partie des plus hautes d'Europe.

Cherbourg-Octeville a su nous séduire en quelques heures …

… par son caractère maritime tout d'abord.

De sa position privilégiée tournée vers la Manche au bout de la presqu’île du Cotentin, l’ancienne Coriovallum, Carisborc ou Chierebourg a grandi sur les rives de l’Yvette, dans un écrin de verdure baigné par la douceur du Gulf Stream. Et c’est au XVIIIème siècle que commence la réalisation de la plus grande rade artificielle du monde sans cesse modifiée, améliorée, agrandie jusqu’au Débarquement en 1944. 

Avec ses trois digues, elle héberge quatre ports : plaisance, commerce, pêche et militaire. Escale transatlantique des plus beaux et des plus grands paquebots du monde(tels que le Queen Mary II),

… avec son patrimoine architectural et botanique valorisé au fil des ans. Ses rues secrètes bordées de maisons en schiste bleu, ou encore son ancienne gare maritime transatlantique. Fleuron de l’Art Déco, elle abrite aujourd’hui La Cité de la Mer, parc à thème dédié à l’aventure humaine sous la mer où l’on peut découvrir un sous-marin nucléaire (le seul visitable au monde).

Le château et sa forteresse sont au XIème siècle l'un des plus importants de son époque. Alternativement anglaise ou française, la ville vit au rythme de ses batailles, c'est pourquoi Vauban la fortifie un peu plus.

Insjustement réputée pour son temps pluvieux, Cherbourg est une ville dont l'ensoleillement est correct et les températures moyennes très douces. N'en déplaisent aux cinéphiles, pour "Les parapluies de Cherbourg", la célèbre comédie musicale, la pluie était artificielle !

Son nom déjà ne fait-il pas rêver : BARFLEUR …

Ancré sur le flanc oriental du Cotentin, à son extrémité nord-est, ce charmant port de pêche est assurément l’un des plus pittoresques et peut-être le plus beau de la Manche, surnommé la « perle du Val de Saire ».

Principal port du vieux royaume anglo-normand au Moyen-Âge, Barfleur est une cité à taille humaine où il fait bon flâner à l’heure du retour des pêcheurs.

D’un caractère incontestable, les rues de Barfleur et le cachet de son architecture marque notre escale d’une touche sensible et très originale.

 

Passage obligé par l’épicerie fine Gosselin, je pense qu'après Harrods de Londres, c'est le magasin qui me marquera le plus.

Barneville-Carteret dans la Manche station balnéaire classée.

A l’embouchure d’un havre profond et abrité, le port de Carteret est fréquenté depuis des siècles. Avant l’avènement de la vapeur, les goélettes commerçaient avec les Isles.

 

Dans ce site exceptionnel, nous irons déjeuner avec des amis dans un restaurant gastronomique face au port.

Surnommée la Monaco du Nord, Granville, perchée sur son rocher, forme un beau tableau avec sa Haute Ville aux maisons de granit ceinturée de remparts et son port de pêche et de plaisance en contrebas.

Cette ville fortifiée par les Anglais au XVème siècle conserve, dans sa partie haute, les traces de son passé militaire et religieux. Maisons de caractère et hôtels pittoresques des XVIème et XVIIème siècles.

La promenade se révèle passionnante.

 

Dotée d’une plage, d’un centre de Thalassothérapie et d’un Casino, Granville est également une station balnéaire.