Une promenade à Grenoble, le temps d'une demi-journée pluvieuse.
Un parcours au cœur de la vieille ville à la découverte d'un patrimoine riche, de 2050 ans d'histoire, depuis Cularo la gallo-romaine, jusqu'à Grenoble, métropole des Alpes Françaises.

Après nous être garés sous le parking Philippeville et un passage devant l’auberge Napoléon rue Montorge (où l’empereur dormit deux nuits en mars 1815), ...

... nous nous retrouvons sur la place Grenette, place principale depuis le XVIIe siècle, elle accueillait les marchés aux grains et aux bestiaux.

Aujourd’hui dimanche, à part quelques courageux qui bravent le froid et la pluie, l’on y trouve un joli Carrousel,...

......... des baraques en bois qui attendent le marché de Noël devant la façade des Galeries Lafayette en parure de fêtes,...

...et la magnifique fontaine en pierre, avec ses dauphins chevauchés par des génies ailés, sculptée par Victor Sappey.

Nous empruntons maintenant la Grand’Rue (sur l’axe de l’antique voie romaine) afin de rejoindre la place Saint-André où trône une statue du chevalier Bayard, à quelques pas du café de la Table Ronde, le deuxième plus ancien café de France (1739).

Une pause-café pour nous réchauffer... 

...et nous voici de nouveau sur la place dominée par les magnifiques façades gothique et Renaissance du palais du parlement du Dauphiné, dont les plus anciennes parties datent du XVe.

A coté, se situe la collégiale Saint-André, édifiée à partir de 1228 par le Dauphin Guigues VI...

... qui abrite depuis 1822 un mausolée dédié au chevalier Bayard.

En sortant par une petite porte latérale l’on débouche sur la pittoresque place de Gordes.

On passera ensuite par la place aux Herbes et sa petite halle, qui fut la place du pouvoir populaire au Moyen-Âge. Elle accueille aujourd’hui un marché de producteurs locaux du mardi au dimanche matin.

Au fil des rues du centre, de nombreux anciens hôtels particuliers témoignent du passé bourgeois de la cité.

A l’entrée de la rue Lafayette, l’on trouve les vestiges de la première enceinte de la ville, bâtie entre 286 et 293 après J.C.

 

Et l’on débouche devant la Halle Sainte-Claire, construite en 1874, elle occupe l’emplacement du couvent des Clarisses (XVe).

Retour au parking en passant par le charmant Jardin de ville planté d’arbres centenaires qui fut l’ancien jardin privé des ducs de Lesdiguières devenu public en 1719.