Avant de vous faire visiter le Château de Versailles il est intéréssant de comprendre comment est né ce projet grandiose...

 

* Le Château de cartes

Après avoir acheté la seigneurie de Versailles (actuel quartier du Vieux-Versailles), Louis XIII se rendit propriétaire de la garenne voisine, réserve de chasse concentrée sur une butte autour de quelques moulins. Il y fit élever un pavillon de chasse en 1624, élargi peu après mais qualifié de « château de cartes » par ses contemporains, en raison de sa modestie. Le roi mourut prématurément et Versailles retomba dans l’oubli.

Georgette et Daniel en 1992
Georgette et Daniel en 1992

* L'Oeuvre de Louis XIV

Ce n’est que dans les années 1660 que le jeune Louis XIV commença à illustrer Versailles de sa présence, à y engager des travaux et à y donner des fêtes. La 1ere campagne de travaux, dirigée par l’architecte Louis Le Vau, vit la construction de communs du côté de la ville (actuelle « aile ancienne » et son ancien vis-à-vis, remplacé depuis par l’aile Gabriel) et le début de l’aménagement des jardins par André Le Nôtre. Après quoi fut entreprise la fameuse « enveloppe » autour du château vieux, qui modifia complètement l’aspect du château du côté des jardins, lui donnant une allure italianisante, alors en vogue. De nouveaux bâtiments furent construits pour les communs (actuelles ailes des ministres), les précédents étant dès lors reliés au château et réaménagés pour les besoins du roi.

La galerie des glaces
La galerie des glaces

Mais les travaux les plus considérables lancés par le Roi-Soleil furent entrepris en 1678, lorsqu’il eut pris la décision de faire de Versailles le siège de son gouvernement. Jules Hardouin-Mansart, premier architecte du roi, dirigea alors la construction de l’étincelante galerie des glaces, décorée sous la direction de Charles Le Brun.

Le château prit alors son allure définitive avec la construction des ailes sud et nord destinées à loger les princes et les courtisans, tandis que les « dehors » sortaient de terre : écuries royales autour de la place d’armes, Grand Commun pour les services « de la Bouche », somptueuse Orangerie ... Les travaux n’étaient pas encore achevés que la cour s’installait, le 6 mai 1682. L’actuelle chapelle du château ne fut quant à elle construite et décorée que de 1699 à 1710, et servit davantage à Louis XV et Louis XVI qu’à son commanditaire.

* Les travaux de Louis XV et Louis XVI 

Par la suite, les travaux engagés sous Louis XV et menés par Jacques-Ange Gabriel concernèrent surtout les aménagements intérieurs, aboutissant à la création des décors raffinés des petits appartements, mais aussi du salon d’Hercule et surtout de l’admirable Opéra. C’est à la même époque que le roi fit édifier le Petit Trianon, non loin du Grand Trianon qu’avait voulu le Roi-Soleil pour se reposer des fastes de la vie de cour. Louis XV avait le même désir, doublé d’un intérêt passionné pour les sciences qui donna naissance à un jardin botanique renommé, remplacé depuis par le jardin anglais de Marie-Antoinette. Cette reine, qui se passionna à son tour pour ce domaine enchanteur, y fit construire un peu plus tard un ravissant théâtre et aménager un village normand, dit depuis le Hameau de la reine. Les finances du royaume allaient bien mal alors, et le roi Louis XVI pour sa part limita les travaux au château qui subit peu de modifications sous son règne.

* Sous la Révolution Française

La Révolution française aurait pu nuire considérablement à l’emblème de la monarchie absolue qu’était devenu Versailles. Mais la présence d’un nombreux personnel puis l’affectation du château à l’Ecole Centrale du département permirent d’éviter le pire. Le parc fut néanmoins mis en culture, les cours dépavées et les insignes de la monarchie bûchés, tandis que le mobilier était dispersé.

 

* Napoléon Ier et Louis XVIII

Napoléon 1er quant à lui ne s’intéressa qu’aux Trianons : il remeubla le Grand dont il fit sa maison de printemps après la rupture avec Joséphine (1809). C’est cet aménagement raffiné qu’on y voit encore, légèrement modifié plus tard à l’occasion des séjours de Louis-Philippe et sa famille. Le Petit Trianon avait pour sa part été dédié par l’empereur à sa sœur Pauline Borghèse. Mais il fut ultérieurement réaménagé par les soins de l’impératrice Eugénie qui consacra une partie de son activité à la réhabilitation de l’infortunée Marie-Antoinette.

Quant au château, resté inhabité après la Révolution, il fut doté sous Louis XVIII du pavillon Dufour, destiné à rétablir la symétrie de sa façade du côté de la ville, brisée par la construction de l’aile Gabriel sous Louis XV.

* Le Musée de l'Histoire de France et Histoire contemporaine

Mais c’est Louis-Philippe surtout qui contribua à donner une nouvelle vocation au palais en le transformant en musée de l’Histoire de France, ouvert dès 1837.

Vanessa dans les jardins de Versailles en1992
Vanessa dans les jardins de Versailles en1992

Beaucoup de décors du XVIIIe siècle disparurent à cette occasion, tandis qu’on installait dans les salles quantités de tableaux et de sculptures destinés à illustrer les grandes étapes de l’histoire nationale, depuis le Moyen Age jusqu’à l’époque la plus récente. Certains de ces aménagements sont conservés, comme la célèbre galerie des batailles, les salles des croisades ou les galeries de pierre. Cette affectation muséale fut momentanément bouleversée à la fin du XIXe siècle quand, Versailles étant redevenue le siège du gouvernement, le château fut investi par les services des ministères et des Chambres. C’est alors que fut construite la salle du Congrès dans l’aile du Midi, où les élections présidentielles eurent lieu jusqu’en 1953. C’est là que l’Assemblée Nationale et le Sénat se rassemblent encore pour les modifications de la constitution française.

A l'époque contemporaine, le château a également été le théâtre d'un autre évènement majeur, de portée internationale : la signature, dans la galerie des glaces, du traité de Versailles qui mettait fin à la Première guerre mondiale, le 28 juin 1919.

Depuis ces évènements, le château est redevenu un musée à part entière, dont les espaces, jardins y compris, progressivement réaménagés pour l’accueil du public, reçoivent annuellement quelques 4 millions de visiteurs.

Ballade dans le parc en 1992
Ballade dans le parc en 1992

Antiquaires de la Geôle et du Bailliage

On y trouvera près de 50 boutiques d’antiquaires dans des ruelles pavées. Ce quartier se situe, entre la rue du Bailliage et le passage de la Geôle, autour de l’ancienne Halles aux vins.

Quatre espaces reliés par des ruelles historiques forment ce quartier : Le Passage (ancienne promenade des détenus de la prison royale de la Geôle), Le Carré, dont les boutiques des antiquaires entourent l'ancienne Halle aux vins, Le Bailliage, un superbe bâtiment XVIIIème.

On peut y chiner des objets et du mobilier rares, précieux ou insolites.

 

Le marché de Notre-Dame

Impossible de visiter Versailles sans aller au Marché Notre-Dame. Mouvement, couleurs, profusion des produits en font un grand spectacle. Le même depuis trois siècles.
Fondé par Louis XIV alors que la ville sort de terre, le marché en est le coeur. Lieu de vie populaire intense, d'échanges et de rencontres. Les halles couvertes actuelles datent du XIXè siècle, elles ont remplacé les anciens pavillons devenus insalubres.
Tout le quartier a été restauré en 1991. Il constitue un point d'attraction où se retrouvent les habitants de Versailles, ceux des environs et les visiteurs étrangers.

Yannick et Nadine à Versailles en 1995
Yannick et Nadine à Versailles en 1995

 

 

A Maurepas et à 10 minutes de Versailles.
Le plus grand parc de miniatures d’Europe !

Du château de Versailles au Mont Saint Michel en passant par le viaduc de Garabit et le port de Saint Tropez, on vient pour y admirer tous les plus beaux sites et monuments qui font de la France un pays au patrimoine exceptionnel.

La photo de Marine est prise bien sur devant le fort de Mont-Dauphin.